Atténuer les cernes et les sillons

 

Des sillons marqués donnent un aspect fatigué, triste au visage.

Les traiter permet d’embellir le visage sans le transformer.

 

Le visage est constitué de zones mobiles (joues, lèvres, yeux et front) et de zones plus statiques (nez, menton).

Ces éléments vont entrer en collision à chaque mouvement expressif et créer ou accentuer les zones frontières, dont les noms anatomiques sont des sillons.

 

1. Le sillon entre le nez et le front est le sillon naso-frontal :

souvent creusé tardivement et associé à des rides horizontales (peu traité).

 

2. Le sillon entre les joues et les yeux est connu sous le nom de « cerne Â» (terme

esthĂ©tique ) ou sillon jugo-palpĂ©bral (terme anatomique) :

Motif fréquent de consultation et parfois pour une demande de chirurgie des paupières inférieures. Il donne à l’œil un aspect creux, vidé et au visage, un air fatigué.

Son traitement doit être précoce et permet d’excellents résultats.

Il existe peu de solution pour atténuer des hypercolorations naturelles de la peau fréquentes à ce niveau.

 

3. Le sillon entre les joues et la partie haute du nez est appelĂ©e « vallĂ©e des larmes Â»

(terme esthétique). Son apparition est souvent plus précoce que présumée et correspond surtout à une perte de la graisse à ce niveau (la graisse disparaît ou glisse vers le bas). En continuité avec le cerne, le creusement de la vallée des larmes donne un aspect triste (comme l’écoulement de larmes) et participe à la constitution du sillon naso-génien plus bas.

Son comblement restitue tout de suite un aspect naturellement reposé au visage et permet d’atténuer la partie haute du sillon naso-génien.

 

4. Le sillon entre les joues et la partie basse du nez jusqu’à l’angle de la bouche est le sillon naso-gĂ©nien.

Premier motif de comblement, il apparaĂ®t très vite sous la forme d’une ride, puis d’un creux. Avec le temps, il s’agit d’une vĂ©ritable vallĂ©e avec la joue comme barre montagneuse surplombante. Les moyens de le traiter sont donc très diffĂ©rents suivant le stade de prise de charge : gestes de mĂ©decine esthĂ©tique ou chirurgie globale.

 

5. Le sillon entre les joues et le menton est le sillon jugo-mentonnier ou « pli d’amertume Â».

Ce sillon est soit en continuitĂ© avec le sillon naso-gĂ©nien (notamment quand la joue est Ă©paisse et s’affaisse) ou peut se constituer Ă  partir du coin de la bouche : le plus frĂ©quent. Il donne Ă©galement un air très triste au visage (la bouche semble faire la moue).

Sa correction permet Ă©galement de rendre le visage plus joyeux, sans le transformer.

 

6. Le sillon entre la bouche et le menton est le sillon labio-mentonnier.

 

Ce sont les sillons autour des joues qui sont les plus vite et les plus intensĂ©ment marquĂ©s :

 

Notamment le cerne et le sillon naso-génien.

S’ils sont pris en charge tôt (peu marqués), ils peuvent être traités par des produits de comblements assez fins (type acide hyaluronique), avec de très bons résultats.

Les sillons fréquemment traités dès 40 ans sont le cerne, le sillon naso-génien, et la vallée des larmes.

 

Plus ils seront profonds, plus les rĂ©sultats seront partiels :

 

Comblement en profondeur par différents produits possibles (acide hyaluronique, acide polylactique, hydroxyapatite de calcium), et traitement superficiel de la ride associée.

Les cernes et les sillons naso-géniens prononcés sont souvent la conséquence de la disparition du volume de la partie haute de la joue et de la chute de la peau (qui se trouve en excès et retombe au-dessus du sillon naso-génien).

Il est alors logique et anatomique de remettre en tension la joue (la remplir pour la retendre) par injection de produit volumateur au niveau des pommettes (acide hyaluronique, acide polylactique, hydroxyapatite de calcium), par la pose de fils tenseurs rĂ©sorbables (type sihouette soft), ou par la rĂ©alisation de gestes chirurgicaux (apport de volume par lipomodelage (voir), ou ablation des excès de peau : lifting facial (voir))

La durée du traitement par acide hyaluronique dépend de la quantité de produit injecté et des zones traitées (entre 6 à 18 mois). Plus les sillons sont sollicités, plus vite les produits seront dégradés.

Globalement, on peut obtenir de très bons résultats durables (18 mois) au niveau des cernes, de la vallée des larmes, du sillon naso-frontal et labio-mentonnier.

Les sillons naso-géniens et les plis d’amertume sont plus difficiles à traiter complètement et durablement (6 à 10 mois).

 

Le comblement des sillons Ă©gaye et rajeunit le visage.