RĂ©duction des seins

 

RĂ©duction du volume des seins

Ou cure d’hypertrophie mammaire, mammoplastie de réduction, réduction mammaire.

 

 

     Les seins trop volumineux (ou hypertrophie mammaire) concernent beaucoup de femmes et de tous âges.

Encore taboue, l’hypertrophie mammaire est source de multiples symptômes, supportés dans le silence au quotidien: image humiliante de soi, douleurs dorsales permanentes, gênes face au regard de l’autre avec attitude de repli (majorant les douleurs dorsales), difficultés à pratiquer le sport, habillement adapté compliqué à trouver, …

 

 

     La rĂ©duction des seins est le plus souvent motivĂ©e pour soulager des douleurs dorsales quotidiennes et pour rĂ©Ă©quilibrer la silhouette.

L’intervention peut être réalisée à tout âge.

Cependant, toutes les modifications hormonales ou pondérales peuvent influer sur le volume et le poids des seins.

     Notamment, Ă  l’adolescence, il est important d’attendre que la taille des seins et le poids global des patientes soient stabilisĂ©s pour envisager l’intervention. De plus, lors de l’adolescence, le risque de mauvaises cicatrices (cicatrices hypertrophiques : en relief, dures, larges) est plus important.

Il faut trouver un âge « compromis Â» pour rĂ©aliser une rĂ©duction ni trop tĂ´t, ni trop tard (l’impact psychologique peut ĂŞtre dĂ©lĂ©tère chez les jeunes).

     De mĂŞme, qu’il est prĂ©fĂ©rable d’attendre la fin de la pĂ©riode des grossesses, ou le passage de la mĂ©nopause pour espĂ©rer un rĂ©sultat plus stable et plus durable dans le temps.

 

     L’intervention consiste Ă  retirer l’excès de glande mais Ă©galement de peau.

Ainsi, il en rĂ©sultera des cicatrices qui seront d’autant plus importantes que le sein est gros, mais surtout tombant. Ces cicatrices sont dites en « T inversĂ© Â» ou « en ancre de marine Â».

Suivant l’âge, et la qualité de cicatrisation, elles s’estomperont plus ou moins bien. Après la ménopause, elles sont quasi invisibles.

 

     De plus, cette intervention doit se faire après vĂ©rification de la normalitĂ© du bilan radiologique.

Avant 30 ans, une simple Ă©chographie sera demandĂ©e ; au-delĂ , une mammographie-Ă©chographie de moins de 6 mois sera indispensable.

 

     La rĂ©duction ne crĂ©e pas de cancer (au contraire, on retire de la glande qui pourrait dĂ©gĂ©nĂ©rer et qui sera analysĂ©e de façon systĂ©matique).

 

     L’allaitement est possible après une rĂ©duction (au moins 18 mois après), mais non garanti (Ă©chec possible ou allaitement mixte). Cependant, il est Ă©galement difficile d’allaiter avec une hypertrophie mammaire.

 

     Cette intervention peut ĂŞtre prise en charge par la CPAM suivant de nombreux critères et notamment si 300g de glande par sein sont rĂ©sĂ©quĂ©s.

Cela est souvent prévisible en consultation pré-opératoire.

 

 

Les modalités de l’intervention

 

La réduction mammaire est réalisée sous anesthésie générale.

La durée de l’intervention varie de 2 à 3 heures.

La durée de séjour en clinique est de 3 à 5 jours.

 

Il y a un drain de chaque côté, retiré lors de la sortie.

Le pansement est refait au 2° jour, remplacé par un soutien gorge médical (qui sera porté jour et nuit 6 semaines).

Les soins de cicatrices sont faits ensuite par la patiente ou par une infirmière. Durée des soins de 15 jours à un mois.

Il faut prévoir 15 à 21 jours de convalescence (qui peuvent faire l’objet d’un arrêt de travail s’il y a une prise en charge CPAM).

 

Le tabagisme est proscrit entre 2 mois pré-opératoire et 1 mois après.

 

Le rĂ©sultat dĂ©finitif est Ă©valuĂ© Ă  un an environ (les seins passeront par une phase d’œdème puis le sein se « placera Â» progressivement).

 

 

Complications et inconvénients

 

     Les complications possibles et gĂŞnantes sont surtout prĂ©coces.

Comme pour toute opération chirurgicale, même s’ils sont très rares, un hématome et une infection peuvent survenir.

     - L’hĂ©matome peut nĂ©cessiter une reprise opĂ©ratoire dans les 24 H.

     - L’infection est rare et peut nĂ©cessiter des soins locaux particuliers en plus d’une antibiothĂ©rapie adaptĂ©e.

 

Les autres complications sont locales:

     - Troubles de la cicatrisation avec parfois souffrance de l’arĂ©ole (suivant l’importance des seins), Ă©coulement de lymphe,...

 

     Les inconvĂ©nients sont

     - La visibilitĂ© des cicatrices (dĂ©pend de la qualitĂ© de cicatrisation de la patiente (dĂ©favorable chez les adolescentes)),

     - Les troubles de la sensibilitĂ© de la peau et de l’arĂ©ole (souvent transitoires).

 

          Il existe souvent une petite chute des seins dans le temps surtout si la qualitĂ© de la peau est altĂ©rĂ©e.

Ce risque est majoré chez les fumeuses, les patientes sous corticothérapie au long cours, et en l’absence de port de soutien-gorge.

La stabilité du résultat dépend de la qualité de la peau et du poids stable, ou non, de la patiente.

 

 

     Après l’opĂ©ration, les patientes sont libĂ©rĂ©es rapidement de leurs douleurs, et dĂ©couvrent plus progressivement tous les bĂ©nĂ©fices secondaires : reprise de confiance en elles-mĂŞmes,

développement de leur féminité,

liberté de réaliser toutes les activités sportives et de s’habiller plus facilement.

 

     Cette intervention est très souvent rĂ©alisĂ©e par le Dr Delbaere.