Augmentation par graisse

 

 

L'augmentation par graisse est aussi nommée :

augmentation par greffes de cellules graisseuses, par greffes d’adipocytes,

lipomodelage, lipofilling, liposculpture, ou procédure de Coleman.

 

 

Ce qui est de trop est mis lĂ  oĂą ça manque : les seins sont augmentĂ©s, les rondeurs attĂ©nuĂ©es….

 

 

     Cette intervention permet d’augmenter les seins de façon globale ou plus localisĂ©e.

Le résultat est très naturel car le sein contient de la graisse

 

     Les cellules graisseuses sont dĂ©posĂ©es (tels des fins fils) dans tous les espaces du sein, par strates successives.

La graisse provient de la même patiente, et est prélevée lors de la même intervention, comme une lipoaspiration.

La graisse est revascularisée sur place et le résultat définitif est jugé à 3 mois.

La prise de graisse varie entre 60 à 90 % de ce qui a été déposé, et est stable dans le temps si la patiente maîtrise son poids.

 

     L’importance de l’augmentation dĂ©pend des zones graisseuses disponibles (site donneur), de l’épaisseur initiale du sein (site receveur).

     

     Ce geste est complètement imperceptible pour autrui : 

de part l’absence de cicatrices sur le sein, et 

de part le fait que la palpation est strictement normale.

 

     Cette intervention permet (enfin) du sur-mesure notamment dans des cas oĂą les prothèses n’étaient pas une rĂ©elle solution:

Elle peut permettre :

-       De corriger un dĂ©colletĂ© très creux : le sein ne change pas de taille mais son aspect est plus rond et le dĂ©colletĂ© « habillĂ© Â» est plus rempli et plus jeune.

-       D'amĂ©liorer une asymĂ©trie de volume ou de forme des seins : les injections permettent d’augmenter les segments dĂ©ficients et peuvent modeler une forme (l’ovale peut devenir rond…).

-       D’augmenter les seins de façon globale discrète et pĂ©renne, sans les inconvĂ©nients du matĂ©riel prothĂ©tique : les rĂ©sultats sont bluffants.

En complément d'autres interventions, elle peut être associée à

  -        Une remontĂ©e des seins : pour les augmenter ou arrondir leur forme (voir pexie mammaire)

  -        La pose d’implants : pour masquer les creux entre les cĂ´tes dans le dĂ©colletĂ© par exemple (voir augmentation par prothèses).

 

     Par rapport aux prothèses,

Les avantages sont l’absence de matériel étranger, qui peut se palper et doit se changer, l’absence de cicatrices et la possibilité d’augmenter des parties du sein seulement, et un remodelage de la silhouette globale.

Les inconvĂ©nients sont  la prise alĂ©atoire de la graisse et donc l’impossibilitĂ© de garantir un volume dĂ©fini Ă  l’avance (mais le geste peut ĂŞtre refait autant que nĂ©cessaire), la difficultĂ© d’obtenir des augmentations importantes.

Cette technique est peu adaptée aux patientes très minces.

 

Le poids doit rester assez stable dans les suites.

 

     MalgrĂ© tous ces avantages, la technique, rĂ©alisĂ©e depuis plus de 15 ans en France, ne peut pas ĂŞtre considĂ©rĂ©e comme anodine car elle est concerne un organe (le sein) dont le taux de cancer est le plus Ă©levĂ© (une femme sur neuf).

La graisse ne crĂ©e pas le cancer. Mais apporterait-elle dans son sillage, des Ă©lĂ©ments nutritifs qui pourraient ĂŞtre utiles Ă  la croissance d’un cancer dĂ©jĂ  en place ?

Pour limiter le risque de mauvaises coĂŻncidences, notre sociĂ©tĂ© savante de chirurgie plastique a validĂ© cette technique d’injection de graisse dans le sein, avait  limitĂ© la technique aux patientes de moins de 35 ans.

Depuis MARS 2015, la HAS a autorisĂ© la pratique de cette technique Ă  tout âge. 

 

Cependant, nous restons prudents et ne pratiquons pas si les seins sont

- difficiles Ă  examiner (durs),

- à analyser radiologiquement (des examens sont prescrits systématiquement avant l'intervention),

- s'il y a des antécédents de cancer du sein dans la famille (branches proches).

 

 

 

Les modalités de l’intervention

 

Les greffes de graisse se font sous anesthésie générale.

La durée de l’intervention varie de 1 à 2 heures.

La sortie de la clinique se fait le jour-mĂŞme ou le lendemain.

 

Il n’y a ni drains et ni soins de cicatrices.

Il faut prévoir 8 à 15 jours de convalescence, suivant l’importance de l’augmentation.

Le tabagisme est proscrit entre 2 mois pré-opératoire et 1 mois après.

 

Le rĂ©sultat dĂ©finitif est Ă©valuĂ© Ă  6 mois environ (les seins passeront par une phase d’œdème puis le sein se « placera Â» progressivement).

 

 

Complications et inconvénients

 

Les inconvénients à court terme sont surtout de larges ecchymoses au niveau des sites de prélèvement de graisse et une fatigue pendant 15-21 jours.

Et à moyen terme, un risque de déception si la graisse ne prend pas bien (facteur non maîtrisable).

 

 

     C’est la rĂ©volution du dĂ©but du XXIe siècle en chirurgie plastique et esthĂ©tique.

Comme toutes les révolutions débutantes, des réserves sont émises.

Mais les avantages de cette technique correspondent plus aux attentes actuelles des patientes : du naturel, en toute sĂ©curitĂ© et pour longtemps.

 

     Cette technique ne vient pas remplacer les prothèses, mais offre une autre solution pour des demandes plus modĂ©rĂ©es, plus localisĂ©es ou plus complexes.