Chirurgie des oreilles

 

 

La chirurgie des oreilles décollées (otoplastie)

 

     Les oreilles dĂ©collĂ©es sont un peu comme la grande bosse d’un nez : elles peuvent faire partie de la personnalitĂ© et de l’originalitĂ© de la personne ou ĂŞtre source de complexes plus ou moins profonds, ayant des consĂ©quences toutes aussi variables : coiffure ou bandeau camouflant, peur de s’adresser en public jusqu’à la perte totale de confiance en soi.

 

     Les oreilles dĂ©collĂ©es sont le symbole de ce que peut apporter la chirurgie plastique et esthĂ©tique : une solution pour ceux qui prĂ©sentent une anatomie ressentie comme une source de souffrance. Sans jugement, l’exposĂ© des problèmes engendrĂ©s est Ă©coutĂ© ; il est mis en balance avec le dĂ©faut objectif, de façon Ă  s’assurer de la rĂ©elle utilitĂ© d’un geste chirurgical.

 

 

     Les oreilles dites « dĂ©collĂ©es Â» correspondent schĂ©matiquement Ă  deux anomalies possibles (l’une et/ou l’autre) :

 

- DĂ©faut de forme : le haut de l’oreille est trop plat (naturellement, l’oreille est « pliĂ©e Â» Ă  ce niveau).

- DĂ©faut de position : l’oreille est implantĂ©e trop perpendiculairement au crâne.

 

     La correction de ces anomalies se nomme otoplastie et nĂ©cessite la rĂ©alisation d’une cicatrice derrière l’oreille.

L’âge minimum est de 8 ans (l’oreille a alors terminé sa croissance).

La qualité de la cicatrice peut être très aléatoire lors de l’adolescence (et notamment au moment du pic pubertaire), il est donc conseillé de ne pas trop attendre, si l’enfant a déjà exprimé le souhait de corriger cette anomalie.

 

     Il est d’ailleurs impĂ©ratif que la demande Ă©mane de l’enfant et non des parents.

Aucune chirurgie est anodine, une souffrance psychologique pré-existante aidera l’enfant à tolérer les désagréments du geste et les éventuelles complications.

 

 

ModalitĂ©s de l’intervention :

 

L’otoplastie se fait le plus souvent sous anesthésie locale.

Parfois, une anesthésie locale et endormissement léger, voire une anesthésie générale peuvent être envisagées.

La durée de l’intervention est d’une à deux heures, suivant la complexité.

L’acte est rĂ©alisĂ© en « ambulatoire Â» (entrĂ©e et sortie le mĂŞme jour).

 

Un gros pansement protège les oreilles jusqu’au lendemain puis les cicatrices sont laissées à l’air, avec des soins simples.

Un bandeau élastique doit être porté 10-15 jours jour et nuit puis un mois la nuit.

La pratique du sport est déconseillée pendant 6 semaines.

 

Cette intervention est prise en charge par la CPAM : intervention conventionnĂ©e (en gĂ©nĂ©ral jusqu’à l’âge adulte).

Pour un défaut mineur, ou à l’âge adulte, elle sera réalisée dans un cadre esthétique.

 

 

Les complications et inconvénients envisageables

 

Il existe un risque (faible) de complication locale : lâchage des sutures (souvent après chute prĂ©coce), souffrance de la peau, exposition du cartilage, rĂ©cidive ou asymĂ©trie. Ces complications souvent rĂ©solutives et peuvent Ă©ventuellement faire l’objet de corrections secondaires.

En revanche, il existe des dĂ©sagrĂ©ments post-opĂ©ratoires immĂ©diats : ecchymoses, gonflements,  hypersensibilitĂ© de l’oreille.

 

Il peut persister deux inconvĂ©nients :

- perte de sensibilité derrière l’oreille,

- et surtout une cicatrice pathologique (dure, boursouflée, douloureuse).

Cette anomalie de la cicatrisation dĂ©pend du patient : plus frĂ©quente durant l’adolescence et si la peau est mate. Elle intervient car l’oreille est un mauvais lieu de cicatrisation (comme les seins et le dĂ©colletĂ©). Il existe des moyens d’attĂ©nuer cette rĂ©action ; l’enfant devra ĂŞtre motivĂ© et il sera nĂ©cessaire de se revoir rĂ©gulièrement pour suivre la progression.

 

     L’otoplastie ne doit pas ĂŞtre proposĂ©e systĂ©matiquement : c’est la demande du patient (et non de ses parents) qui fait porter l’indication opĂ©ratoire.

Elle peut , en revanche, vraiment changer la vie d’un patient.

 


 

Chirurgie des lobules

 

     La plastie des lobules consiste Ă  refermer partiellement ou totalement un lobe fendu.

 

     Il est quasiment toujours possible de refermer une fente du lobule de l’oreille (fente totale ou simple agrandissement de l’orifice de boucle d’oreille).

Ce phénomène est lié au port de boucles d’oreille trop lourdes, avec un orifice parfois réalisé trop proche du bord du lobule, ou lorsqu’une boucle d’oreille est malencontreusement tirée violemment.

Suivant la situation observĂ©e, il sera proposĂ© la fermeture complète de la fente (un autre orifice pourra ĂŞtre percĂ© Ă  distance) ou quasi-complète en recrĂ©ant l’ancien orifice.

 

     Cette intervention se rĂ©alise sous anesthĂ©sie locale et le port de boucles d’oreilles mĂ©dicales est nĂ©cessaire 6 semaines, si l’orifice est recrĂ©Ă©.

La cicatrice, visible sur les deux versants du lobule, sera peu perceptible si la qualitĂ© de cicatrisation est normale, mais le lobule peut prĂ©senter un « aspect de fesses Â» en raison de la rĂ©traction des cicatrices dans le temps.

 

     Ce geste chirurgical est rĂ©alisĂ© dans un cadre esthĂ©tique.